samedi 17 août 2019

Un criminel de guerre au fort de Brégançon

Bernard Grua, lettre à Emmanuel Macron au sujet de la visite de Poutine
Fort de Brégançon, licence cc Wikipédia

Emmanuel Macron a invité Vladimir Poutine à venir le rencontrer, le 19 août 2019, au Fort de Brégançon, lieu de retraite estivale des présidents de la République Française. Recevant un tel "interlocuteur", qui n'est pas un homme de dialogue mais un adepte du passage en force et un dirigeant connu pour son non respect de la parole donnée, ainsi que pour son mépris des règles du droit international, il est difficile de voir ce que notre pays pourrait en attendre de positif. En revanche, les conséquences fâcheuses en sont bien plus certaines. Elles suscitent des inquiétudes tant en France qu'à  l'étranger, voire chez des citoyens russes, lesquels manifestent massivement contre un pouvoir autocratique, qui n'a de cesse de les humilier.

Message envoyé à la Présidence de la République par le lien: 

Nantes, le 16 août 2019

Objet: Vladimir Poutine, un criminel de guerre à Brégançon

Monsieur le Président,

Vladimir Poutine ne manquera pas de se servir de votre réception pour se targuer en externe et en interne, où il est de plus en plus contesté, du soutien de la France à ses aventures mortifères. Les violations du droit international et des droits de l'homme ainsi que le mépris de la vie humaine, y compris celle de ses concitoyens, sont une caractéristique de son régime. Ce despote, chef d'une bande mafieuse de silovikis, ne peut prétendre qu'au rang de paria du monde civilisé. Votre accueil est une initiative bien malencontreuse, qu'elle soit le résultat de votre naïveté ou de l'affairisme de certains milieux gaziers et pétroliers, tels que Technip et Total, dont vous seriez à l'écoute. Voilà une servilité qui n'honore ni votre rang, ni notre pays, ni sa place dans le concert des nations.

Par votre légèreté , vous compromettez la patrie des Lumières avec un criminel de guerre. Il est, fort probablement, impossible d'annuler votre prochaine rencontre. Alors, il ne vous reste plus qu'à présenter, à votre hôte, des menaces (c'est bien le mot nécessaire) suffisamment crédibles et dissuasives afin que le Kremlin cesse son soutien au boucher Assad et à la tragédie qui se prépare à Idleb. Celle-ci ne vous serait pas pardonnée. Vous trouverez, ci-dessous, un lien vers un courrier explicite du "Collectif pour une Syrie libre et démocratique" sur ce sujet. 
http://cpsld.free.fr/CPSLD/190806_CPSLD_Fort-de-Bregancon_Faire-part-de-Deces.pdf

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes sentiments vigilants.

Bernard Grua

Co-fondateur et ex porte-parole du collectif international "No Mistrals for Putin"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Please note:
To enforce the freedom of speech, comments are open to everybody including anonymous contributors. They will be immediately posted without any control "a priori." However, they will be subsequently reviewed. If there is you use of slang words, slanders, incitation to hatred or violence, they will be removed. Each contributor is asked to write responsibly. Many thanks for your understanding.